BLOG

04/04

Des soins de santé publics, est-ce logique?

Pour parler des différences entre différents systèmes de santé, rien de tel que d'inviter des acteurs de terrain pour expliquer concrètement quels sont les enjeux qui se cachent derrière leur gestion publique ou privée. Aissa Naranjo, docteur à Cuba, et Katharina Berza du Council for Health and Development aux Philippines étaient en Belgique ces deux dernières semaines pour nous faire part de leurs propres expériences pour faire respecter le droit à la santé.

Faire de la santé une source de profit ?

Pour Aissa, c'est impensable ! L'Etat cubain consacre plus de 6 % de son PIB à financer un système de soins de santé public de qualité, accessible gratuitement pour l'ensemble des patient.e.s et disponible dans chacune des communes du pays. « Le droit à la santé est écrit noir sur blanc dans la constitution cubaine. Et notre gouvernement met tout en œuvre pour pouvoir le garantir à l'ensemble de ses citoyens. Malgré nos ressources limitées et le blocus américain qui pèse lourdement sur l'ensemble  de notre économie, nous atteignons des performances de santé similaires à ce que le font les pays développés.»

Les yeux de Katharina brillent quand elle écoute Aissa témoigner de comment l'accès aux soins de santé est devenu une évidence à Cuba. Dans son pays, les Philippines, il n'en est rien. Le gouvernement philippin tente par de nombreux moyens de se défaire de sa responsabilité de garantir des soins de santé à sa population en créant les conditions favorables à la privatisation de leurs hôpitaux. Les opérateurs privés, eux, font primer l'intérêt des actionnaires plutôt que celui des patients. Le profit passe avant la santé.Et cette privatisation implique souvent pour les patients défavorisés de devoir se passer des soins et des médicaments qui leurs sont nécessaires. Heureusement, les organisations sociales progressistes aux Philippines (comme CHD dans laquelle Katharina travaille) ne se laissent pas faire et se mobilisent régulièrement pour maintenir la santé hors de la sphère commerciale.

Des rencontres dans toute la Belgique

De Liège à Zelzate en passant par Bruxelles, Malines, Sint-Niklaas et Gand, Katharina et Aissa ont rencontré pendant deux semaines des dizaines de personnes. Surtout des jeunes qui n'ont pas hésité à comparer notre situation en Belgique avec celles vécues à Cuba et aux Philippines. Les témoignages de nos deux invitées ont convaincu la plupart d'entre eux qu'il est primordial de se mobiliser pour s'opposer à toutes les dynamiques qui visent à privatiser les soins de santé, au Nord comme au Sud, et à défendre un système de santé basé sur la solidarité et qui bannit toute logique de profit… car notre santé n'est pas à vendre!

Cela tombe bien, ce vendredi 6 avril a justement lieu un rassemblement contre la commercialisation des soins de santé. Soyons y nombreux! Plus d'infos

En savoir plus : découvrez les 5 mythes sur la privatisation des soins de santé
 

Plus sur ce sujet

09/03
En ces temps d’austérité, la privatisation des soins de santé est souvent présentée comme étant LA solution.
08/03
Durant la période autour de la journée mondiale de la santé, M3M se lève pour défendre les soins de santé publics, tant en Belgique que dans le Sud.
05/03
Le scandale du Dengvaxia est au coeur de l'actualité aux Philippines. Dengvaxia est le nom d'un vaccin contre la dengue, une maladie tropicale potentiellement mortelle.
718 views