31/01/18

Le blocus maintient Gaza dans le noir

Arrêtez-vous un instant et pensez à toutes ces choses pour lesquelles un hôpital est dépendant de l'électricité : les couveuses pour maintenir les bébés prématurés au chaud, les appareils de dialyse pour les patients souffrant d'insuffisance rénale, les soins intensifs, les banques de sang... Imaginez-vous maintenant que cet hôpital ne reçoive que trois à six heures d'électricité par jour.
Nous faisons appel à votre générosité et solidarité avec le peuple palestinien

 

Une situation insoutenable

C'est pourtant le quotidien de notre partenaire palestinien UHWC à Gaza. L'hôpital Al Awda qu'il gère dans le Nord de la bande de Gaza accueille en moyenne 12.000 patients par mois. Afin de leur garantir les meilleurs soins de santé possibles, UHWC dépense en moyenne 25.000 dollars par mois en combustible pour faire fonctionner les générateurs d'électricité de l'hôpital.

Le calcul est assez simple  : depuis le début de la crise de distribution d'électricité en avril 2017, UHWC a déjà dépensé plus de 300.000 dollars pour pallier à la crise d'électricité et garder fonctionnel l'hôpital d'Al Awda.

 

Faites un don

 

Un secteur de la santé durement touché

Pourtant, la crise d'électricité n'est pas la seule difficulté le secteur des soins de santé à Gaza.

En effet, depuis de nombreux mois, les hôpitaux et centres de santé de Gaza font face à une pénurie importante de médicament. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « près de 43 % des médicaments considérés comme essentiels ne se trouvaient plus en stock en novembre 2017 ».

Face à ces difficultés pour se faire soigner à l'intérieur de la bande de Gaza, on aurait pu espérer que les patients dont l'état est le plus critique puissent se faire soigner à l'extérieur. Mais Israël ne l'entend pas de cette oreille. En octobre 2017, le pourcentage de refus de visas médicaux a atteint un pic de 45 %. Selon Andy Ferguson, directeur de Medical Aid for Palestinians, 30 personnes sont mortes suite au refus d'Israël de délivrer un visa ou de la non-couverture financière des frais de déplacement par le Ministère de la Santé de Ramallah.

Notre partenaire palestinien Al Marsad avait mis en image des témoignages à la fois émouvants et révoltants de femmes faisant face à cette situation.

 

Donald Trump en rajoute une couche

L'annonce du Président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël le 6 décembre dernier a claqué comme un coup de tonnerre. La colère a immédiatement embrasé la bande de Gaza, menant à des affrontements meurtriers entre civils et militaires israéliens. Les hôpitaux ont vu afflué de nombreux blessés et la crainte d'une nouvelle guerre d'agression reste suspendue au-dessus de la tête des Gazaoui-e-s comme une épée de Damoclès.

Non content d'avoir jeté de l'huile sur le feu avec sa déclaration sur Jérusalem, Trump a fin janvier décidé de suspendre le versement de 65 millions de dollars des fonds américain alloués à l'UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient). Selon UHWC « la décision des USA de réduire le support financier à l'UNRWA va affecter plus de 80 % des Gazaoui-e-s dans tous les aspects de leurs vies : santé, éducation, nourriture, travail ». Ils s'attendent à voir le taux de pauvreté augmenter et dans la même ligne, l'augmentation du nombre de patient pour qui les soins de santé deviendront financièrement inaccessible.

 

Il faut agir maintenant

Pour aider notre partenaire UHWC a faire face à cette situation, M3M se mobilise ! Nous faisons appel à votre générosité et solidarité avec le peuple palestinien :

  • Pour 20 €, UHWC peut prendre en charge l'hospitalisation de jour d'un.e patient.e
  • Pour 40 €, UHWC peut prendre en charge l'accouchement d'une future maman
  • Pour 100 €, UHWC peut opérer un-e enfant 

 

FAITES UN DON MAINTENANT

 

Voulez-vous faire durablement partie du changement? Soutenez M3M de manière structurelle et devenez allié.e. Plus d'infos en cliquant ici.

Plus sur ce sujet

12/02
Les hôpitaux de Gaza subissent une grave crise d'approvisionnement en électricité.
06/02
Les hôpitaux de Gaza n'ont de l'électricité que quelques heures par jour. Voici comment les choses se passent à l'hôpital Al Awda qui se trouve dans le camp de réfugiés de Jabalia :
30/01
Les hôpitaux de Gaza n'ont de l'électricité que quelques heures par jour. Depuis plusieurs mois, ils paient du carburant pour le générateur d'urgence.
841 views